MON NOM EST EZEQUIEL IVAN LAVEZZI, MAIS TOUT LE MONDE M’APPELLE
el pocho


Quand j’étais gamin, j’avais un chien qui s’appelait « Pocholo ». Quand il est mort, mon frère et son meilleur ami commencèrent à m’appeler « Pocholo », comme le chien, parce que j’étais aussi casse pieds que lui.

Les gens de ma ville, Villa Gobernador Galvez, commencèrent alors à m’appeler comme ça. Dans l’équipe nationale des moins de vingt ans, je rencontrai un vieux camarade, Formica (la fourmi), qui venait de la même ville que moi et qui connaissait mon surnom. Il commença donc à m’appeler « Pocholo » devant tous nos camarades.

Dans les vestiaires, « Pocholo » est devenu tout simplement « Pocholo ». Depuis, ce surnom est resté et il est devenu ma « marque ».